La conjugaison et l’orthographe des verbes

La conjugaison et l’orthographe des verbes

Il est fréquent que la conjugaison de certains verbes nous empêche parfois de bien orthographier ceux-ci à l’écrit.

Cela est notamment le cas des verbes “permettre”, “continuer”, “transmettre”, “transférer” et “contacter”.

Le souci survient principalement dans l’écriture d’emails ou de courriers et, bien souvent, lorsqu’on les emploie à la première personne du singulier au présent de l’indicatif.

Ainsi, pour chacun de ces verbes, nous hésitons entre deux orthographes:

  • Je me permet de vous communiquer votre identifiant.

ou Je me permets de vous communiquer votre identifiant.

  • Je continu à croire que j’ai pris la bonne décision.

ou Je continue à croire que j’ai pris la bonne décision.

  • Je vous transmets de mes nouvelles.

ou Je vous transmet de mes nouvelles.

  • Comme convenu, je vous transfert les documents.

ou Comme convenu, je vous transfère les documents.

  • Je vous contacte par mail, comme prévu.

ou Je vous contact par mail, comme prévu.

Vous avez trouvé? Vérifions ensemble les réponses:

  • Je me permets de vous communiquer votre identifiant. (N’oubliez pas le -s au verbe “permettre” conjugué à la 1ère personne du singulier de l’indicatif présent.)
  • Je continue à croire que j’ai pris la bonne décision. (A la 1ère personne du singulier de l’indicatif présent, le verbe “continuer”, appartenant au 1er groupe, se termine par un -e.)
  • Je vous transmets de mes nouvelles. (N’oubliez pas le -s au verbe “transmettre” conjugué à la 1ère personne du singulier de l’indicatif présent.)
  • Comme convenu, je vous transfère les documents. (Attention, il s’agit du verbe conjugué et pas du nom commun “un transfert”.)
  • Je vous contacte par mail, comme prévu. (Tout comme pour l’exemple ci-dessus, il faut bien veiller à utiliser le verbe conjugué et pas le nom commun “un contact”.)

 

Bravo à tous d’avoir participé à ce petit test :-)!

 

L’astuce de la semaine:

“Merci de vous adresser à l’accueil” ou “Merci de vous adresser à l’acceuil”?

Cette erreur courante change la façon dont on prononce ce mot!

La bonne réponse est “accueil”, attention donc à ne pas intervertir le -e et le -u car “acceuil” se prononce “asseuil”.

 

Nous espérons que vous avez passé un bon moment en notre compagnie, rendez-vous pour une prochaine lecture dès le 3 avril :-)!

 

Vous vous interrogez sur une tournure de phrase ou l’étymologie d’un mot, n’hésitez pas à nous contacter.

A réception, nous ne manquerons pas de vous répondre afin de vous faire parvenir les explications demandées.

Et si vous le souhaitez, nous y consacrerons un article dans cette section pour que tout le monde puisse en bénéficier.

A bientôt sur notre site http://www.CorrectionFacile.eu  ou rejoignez-nous aussi sur les réseaux sociaux:  www.facebook.com

Les possessifs et les démonstratifs: petit rappel

Les possessifs et les démonstratifs: petit rappel

Des adjectifs possessifs ou des adjectifs démonstratifs? Quel casse-tête!

Cette semaine, Correction Facile vous propose un petit rappel pour utiliser le bon adjectif au bon endroit ;-).

Les adjectifs possessifs :

Ils servent à désigner l’appartenance.

On utilise “mon”, “ton”, “son”, “notre”, “votre”, “leur” devant un nom masculin singulier.

On utilise “ma”, “ta”, “sa”, “notre”, “votre”, “leur” devant un nom féminin singulier.

On utilise “mon”, “ton”, “son” au lieu de “ma”, “ta”, “sa” devant un nom féminin singulier commençant par une voyelle ou un -h muet.

On utilise “mes”, “tes”, “ses”, “nos”, “vos”, “leurs” devant un nom pluriel.

Les adjectifs démonstratifs:

Ils désignent la personne ou l’objet nommé.

Il existe 4 adjectifs démonstratifs selon le genre (masculin ou féminin) et le nombre du nom (singulier ou pluriel).

Devant un nom masculin singulier commençant par une consonne, on utilise “ce”.

Devant un nom masculin singulier commençant par une voyelle ou un -h muet, on utilise “cet”.

Devant un nom féminin singulier, on utilise “cette”.

Devant un nom pluriel, on utilise “ces”.

Quizz

Se/Ce cactus a besoin de très peu d’eau.

Cette/Sept/Cet animal est docile.

Cette/Sept/Cet oasis est en réalité un mirage.

Ses/Ces galets et ses/ces dunes sont brûlants au soleil.

Elle a égaré ses/ces clés.

Voici les réponses:

Ce cactus a besoin de très peu d’eau.

Cet animal est docile.

Cette oasis est en réalité un mirage.

Ces galets et ces dunes sont brûlants au soleil.

Elle a égaré ses clés.

L’astuce de la semaine

  • Attention à ne pas confondre “ce” et “se”

“Ce” = adjectif démonstratif : “Ce livre” (ce livre-là).

Ex. Ce livre est très rare.

“Se” = forme pronominale d’un verbe: “se” + verbe

Ex. Le petit garçon se demande si l’heure du goûter est proche.

  • Attention à ne pas confondre “ces” et “ses”

“Ces” = adjectif démonstratif: “Ces travaux” (ces travaux-là, ceux que l’on veut montrer).

Ex. Ces travaux ont été réalisés correctement.

“Ses” = adjectif possessif: “Ses bijoux” (les bijoux qui appartiennent à quelqu’un).

Ex. Cette dame a perdu ses bijoux sur la plage.

  • Attention à ne pas confondre “cet”, “c’est” et “s’est”

“Cet” = adjectif démonstratif: “Cet animal” (cet animal-là).

Ex. Cet animal a besoin de manger et de boire.

“C’est” = pronom + verbe être: “c’est” (cela est).

Ex. C’est un cas difficile.

“S’est” = forme pronominale d’un verbe: “s’est” (se + verbe).

Ex. Le chien s’est roulé dans l’herbe = Le chien se roule dans l’herbe = verbe pronominal “se rouler”.

 

Nous espérons que la lecture de cette newsletter vous a été agréable et vous disons à la semaine prochaine :-)!

 

Vous vous interrogez sur une tournure de phrase ou l’étymologie d’un mot, n’hésitez pas à nous contacter.

A réception, nous ne manquerons pas de vous répondre afin de vous faire parvenir les explications demandées.

Et si vous le souhaitez, nous y consacrerons un article dans cette section pour que tout le monde puisse en bénéficier.

A bientôt sur notre site http://www.CorrectionFacile.eu  ou rejoignez-nous aussi sur les réseaux sociaux:  www.facebook.com

 

La conjugaison des verbes qui suivent “avant que” et “après que”

verbes

La conjugaison des verbes qui suivent “avant que” et “après que”

Jongler entre les différents modes n’est pas chose aisée. Cela est particulièrement le cas lorsque l’on utilise les locutions “avant que” ou “après que” qui ne sont pas suivies de verbes conjugués selon le même mode.

Alors indicatif ou subjonctif?

Pour se remémorer le mode à employer, il faut se dire que l’indicatif est le mode de la réalité alors que le subjonctif est celui de l’incertitude.

Ainsi:

“Avant que” sera donc suivi du subjonctif: le fait n’est pas encore accompli, le subjonctif contient une part d’incertain. Ex. Avant qu’il ne soit trop tard.

“Après que” sera suivi de l’indicatif : le fait est enregistré sur le plan de la réalité. Ex. Après que tu as écrit cette lettre.

Il est à noter que l’on entend de plus en plus fréquemment “après que” suivi du subjonctif. Il s’agit d’une tendance, la règle, elle, maintient bien l’utilisation de l’indicatif.

Quelques petites phrases pour s’entraîner

Gilles est rentré avant que la pluie (commencer) à tomber.

Soignons-le avant qu’il ne (être) trop malade.

Élisa préparera le petit déjeuner avant que sa fille se (réveiller).

Il a couru à la fenêtre après que tu (avoir) franchi la porte.

Ces employés partiront à la salle de sport après qu’ils (finir) leur journée de travail.

On vérifie ensemble?

Gilles est rentré avant que la pluie commence à tomber.

Soignons-le avant qu’il ne soit trop malade.

Élisa préparera le petit déjeuner avant que sa fille se réveille.

Il a couru à la fenêtre après que tu as franchi la porte.

Ces employés partiront à la salle de sport après qu’ils auront fini leur journée de travail.

 

Merci pour votre participation à ce petit exercice!

 

L’astuce de la semaine :  cent et mille

Mille est invariable mais pas cent.

On écrit donc:

5000 = cinq mille

500 = cinq cents (mais pas de pluriel si c’est 575 = cinq cent soixante-quinze).

Attention à cent euros!

Il n’y a pas de -s à cent lorsque l’on parle de 100 euros (= cent euros), ne faites donc pas la liaison.

 

Nous vous souhaitons une très bonne semaine. A bientôt 🙂

 

Vous vous interrogez sur une tournure de phrase ou l’étymologie d’un mot, n’hésitez pas à nous contacter.

A réception, nous ne manquerons pas de vous répondre afin de vous faire parvenir les explications demandées.

Et si vous le souhaitez, nous y consacrerons un article dans cette section pour que tout le monde puisse en bénéficier.

A bientôt sur notre site http://www.CorrectionFacile.eu  ou rejoignez-nous aussi sur les réseaux sociaux:  www.facebook.com

 

La bonne orthographe et le bon accord

La bonne orthographe et le bon accord

Afin de s’entraîner à travailler notre orthographe et nos accords, amusons-nous à retrouver les bons mots et participes passés autour d’une petite partie de vrai ou faux!

C’est parti avec un dialogue!

  • Bonjour!
  • Bonjour! Comment va-tu, Iris? VRAI ou FAUX
  • Sa va, et toi? VRAI ou FAUX
  • Bien, merci. Quoi de neuf? VRAI ou FAUX
  • Je suis allée au zoo hier. VRAI ou FAUX
  • Au zoo! Tu n’as pas eu peur de l’éléphant gris et de ces énormes défenses? VRAI ou FAUX
  • L’éléphant? Non, il était doux comme un agneau. VRAI ou FAUX
  • En revanche, j’ai égaré mes clés là-bas. VRAI ou FAUX
  • Ses vrai? VRAI ou FAUX
  • Oui, c’est un singe qui me les a volé. VRAI ou FAUX
  • Drolement embétant. Comment as-tu fait pour rentrer chez toi? VRAI ou FAUX
  • J’avais un double de mes clés. J’ai pu rentrer. VRAI ou FAUX
  • Ah, tant mieux! VRAI ou FAUX
  • Et le gardien m’a dit qu’il avait retrouvé mon trousseau et qu’il allait me l’envoyé a mon addresse. VRAI ou FAUX

On vérifie ensemble?

  • Bonjour!
  • Bonjour! Comment va-tu, Iris? FAUX : “Comment vas-tu, Iris?” Ne pas oublier le -s au verbe conjugué à la 2ème personne du singulier.
  • Sa va, et toi? FAUX : “Ça va.” “Ça” est la contraction de “cela”, à ne pas confondre avec le pronom possessif “sa” (la sienne).
  • Bien, merci. Quoi de neuf? VRAI
  • Je suis allée au zoo hier. VRAI
  • Au zoo! Tu n’as pas eu peur de l’éléphant gris et de ces énormes défenses? FAUX : “Ses énormes défenses.” Il faut utiliser le pronom possessif “ses” (les siennes).
  • L’éléphant? Non, il était doux comme un agneau VRAI
  • En revanche, j’ai égaré mes clés là-bas. VRAI
  • Ses vrai? FAUX : “C’est vrai”, que l’on peut remplacer par “cela est vrai”, à ne pas confondre avec le pronom possessif “ses” (les siennes).
  • Oui, c’est un singe qui me les a volé. VRAI : “…qui me les a volées.” Le singe a volé quoi? Les clés (= les). Ici, “les” est placé avant l’auxiliaire “avoir”, l’accord doit donc se faire. Pour vérifier, vous pouvez remplacer le verbe “voler” par le verbe “prendre”, très utilisé pour repérer la présence d’accords. Exemple: C’est un singe qui a pris les clés (complément d’objet placé derrière = pas d’accord). C’est un singe qui les a prises (complément d’objet “les” est placé avant l’auxiliaire, l’accord doit se faire).
  • Drolement embétant. Comment as-tu fait pour rentrer chez toi? FAUX : “Drôlement”, ne pas oublier l’accent circonflexe. “Embêtant”, ne pas oublier l’accent circonflexe également.
  • J’avais un double de mes clés. J’ai pu rentrer. VRAI
  • Ah, tant mieux! VRAI
  • Et le gardien m’a dit qu’il avait retrouvé mon trousseau et qu’il allait me l’envoyé a mon addresse. FAUX : “Qu’il allait me l’envoyer”, le verbe “aller” est ici suivi de l’infinitif. N’hésitez pas à remplacer à nouveau le verbe utilisé par “prendre”, exemple: Qu’il allait me le prendre. “à mon adresse”, ne pas oublier l’accent sur le “a” car il ne s’agit pas du verbe “avoir”. Le mot “adresse” ne prend, quant à lui, qu’un seul -d.

Vos résultats sont à la hauteur de vos espérances? C’est une bonne nouvelle!

Nous vous souhaitons une très bonne semaine et vous retrouverons dès le 28 février. A bientôt 🙂

 

Vous vous interrogez sur une tournure de phrase ou l’étymologie d’un mot, n’hésitez pas à nous contacter.

A réception, nous ne manquerons pas de vous répondre afin de vous faire parvenir les explications demandées.

Et si vous le souhaitez, nous y consacrerons un article dans cette section pour que tout le monde puisse en bénéficier.

A bientôt sur notre site http://www.CorrectionFacile.eu  ou rejoignez-nous aussi sur les réseaux sociaux:  www.facebook.com

 

De facto, De jure, In fine… Quésaco?

De facto

De facto, De jure, In fine… Quésaco?

Peut-être vous arrive-t-il parfois, lors d’une réunion, en écoutant un discours ou encore à la radio, d’entendre de petites locutions (de facto, de jure, in fine, etc.), souvent latines, qui vous amènent à vous interroger sur le véritable sens d’une phrase entière….

De facto

Il est fréquent d’entendre “de facto”, couramment employé à l’oral et à l’écrit.

Quelle est sa signification? “de fait”, “par le fait”, “en réalité” ou encore “en vigueur”.

Vous entendrez donc “de facto” lorsque quelqu’un parle, par exemple, d’une situation qui va de fait mais qui n’a pas de reconnaissance officielle.

De jure

“De jure” est souvent utilisé en opposition à “de facto”. “De jure” signifie, à l’inverse, “en droit”, “de droit” ou encore de “plein droit”.

On emploie donc cette expression pour parler d’une situation qui a une reconnaissance juridique (selon le droit, conformément à la loi).

In fine

Se glisse également, au détour d’une phrase, le fameux “in fine” dans lequel chacun reconnaîtra le mot “fin”. Cela signifie donc “finalement”.

“In fine” sera notamment employé lorsque l’on souhaite annoncer le but ou la finalité d’un projet.

Par exemple: “Cette machine vise à réguler le flux de l’eau et, in fine, réaliser de véritables économies (sous-entendu: “à la fin”).

 

Ces expressions vous sont familières? Impeccable! N’hésitez pas à les employer pour  enrichir vos productions écrites et orales!

Très bonnes semaine et à bientôt 🙂

 

Vous vous interrogez sur une tournure de phrase ou l’étymologie d’un mot, n’hésitez pas à nous contacter.

A réception, nous ne manquerons pas de vous répondre afin de vous faire parvenir les explications demandées.

Et si vous le souhaitez, nous y consacrerons un article dans cette section pour que tout le monde puisse en bénéficier.

A bientôt sur notre site http://www.CorrectionFacile.eu  ou rejoignez-nous aussi sur les réseaux sociaux:  www.facebook.com

Expressions, quelques erreurs à éviter

Expressions

Expressions, quelques erreurs à éviter

Cette semaine, nous allons mettre l’accent sur deux expressions qui peuvent être à l’origine d’erreurs dans nos productions écrites ou lors d’échanges oraux.

  • “Par le biais de” ou “par le billet de”?

Même si à l’oreille les deux expressions sont proches, la bonne tournure à employer est cependant “par le biais de”.

Elle a pour signification “grâce à”, “en passant par” ou encore “au moyen de”.

Petit exemple:

“J’ai eu votre numéro de téléphone par le biais de M. Jones” (sous-entendu: grâce à).

Pour éviter les répétitions dans vos rédactions et/ou discussions, vous pouvez remplacer “par le biais de” par “via”.

Par exemple:

“Nous pouvons répondre aux besoins de nos clients via divers partenariats (sous-entendu: au moyen de).

  • “Faire une gourde” ou “faire une bourde”?

Outre son sens premier de “bidon”, le mot gourde peut également signifier “maladroit(e)” ou “empoté(e).

Bien tentés sommes-nous alors de dire “J’ai fait une gourde” lorsque nous faisons une bêtise.

La bonne expression est pourtant “faire une bourde”, c’est-à-dire, “une sottise” ou “une erreur”.

Dans un registre un peu plus élaboré, vous pouvez également employer dans le même sens “commettre un impair”.

 

Vous étiez sur la bonne piste? Félicitations!

A  très bientôt et bonne semaine 🙂

 

Vous vous interrogez sur une tournure de phrase ou l’étymologie d’un mot, n’hésitez pas à nous contacter.

A réception, nous ne manquerons pas de vous répondre afin de vous faire parvenir les explications demandées.

Et si vous le souhaitez, nous y consacrerons un article dans cette section pour que tout le monde puisse en bénéficier.

A bientôt sur notre site http://www.CorrectionFacile.eu  ou rejoignez-nous aussi sur les réseaux sociaux:  www.facebook.com